samedi 4 juin 2016

écoutez: Cédric Moreau de Bellaing, Force publique. Une sociologie de l'institution policière


écoutez: Cédric Moreau de Bellaing, Force publique. Une sociologie de l'institution policière
La Suite dans les idées par Sylvain Bourmeau, 04.06.2016
Cédric Moreau de Bellaing
Force publique 
Une sociologie de l'institution policière
Economica
Etudes sociologiques
2015

Présentation de l'éditeur
Corruption, abus de pouvoir, usage excessif de la force : les déviances policières défraient régulièrement la chronique. Comment sont-elles traitées par les services disciplinaires de la police nationale ? Eux-mêmes policiers, les enquêteurs qui composent la « police des polices » font-ils preuve de complaisance vis-à-vis de leurs collègues ? Comment comprendre, sinon, que les violences soient si peu sanctionnées au regard d’autres types de dévoiements de la fonction policière ?
Cet ouvrage explore ces questions et, plus généralement, celle des contours de la discipline policière à partir de deux terrains : une école de gardiens de la paix et un service dédié à l’investigation de plaintes déposées contre des fonctionnaires de la force publique. Dans la première, où l’on apprend aux élèves gardiens de la paix les principes pratiques de leur future activité, comme dans le second, dont les enquêtes disciplinaires constituent un rappel à ces principes pratiques, s’explicite le rapport que les policiers entretiennent à l’autorité et au droit. Ce livre permet ainsi de comprendre pourquoi l’usage illégitime de la violence n’est pas constitué en problème par ces instances de la police nationale, tandis que d’autres types de déviances policières, moins spectaculaires mais conçues comme des atteintes potentiellement graves à la pérennité de l’institution, se voient davantage sanctionnées. Ce faisant, ce livre éclaire ce à quoi tiennent les policiers et propose un retour sur l’articulation entre police, discipline et droit.

Cédric Moreau de Bellaing est maître de conférences à l’École normale supérieure – Paris et membre du Laboratoire interdisciplinaire d’études sur les réflexivités (IMM/EHESS-CNRS).



vendredi 3 juin 2016

écouter: Julien Talpin, Community organizing. De l’émeute à l’alliance des classes populaires aux États-Unis



écouter:  
La Suite dans les idées par Sylvain Bourmeau, 08.05.2016
Julien Talpin
Community organizing
De l’émeute à l’alliance des classes populaires aux États-Unis
Raisons d'agir
Cours & Travaux
2016

Présentation de l'éditeur
Avril 1992 : Los Angeles connait des émeutes d’une ampleur inégalée, après l’acquittement des policiers qui avaient passé à tabac Rodney King. Vingt ans plus tard l’Amérique fait l’expérience de nouveaux soulèvements, à Ferguson et Baltimore, contre les violences policières, le racisme et l’injustice. Ces protestations ne sont pas les seules réactions des fractions dominées de la population étasunienne. À Los Angeles notamment, des associations ont su rassembler celles et ceux qui voulaient améliorer les conditions d’habitat, de travail, d’existence des résidents des quartiers populaires. Ces organisations donnent à voir comment déployer le pouvoir d’agir des dominés pour améliorer leur quotidien et œuvrer au changement social. Elles incarnent des contre-pouvoirs autonomes qui rappellent les élus à leurs promesses et promeuvent des politiques progressistes. À partir du cas étasunien et des essais d’acclimatation du community organizing en France, l’auteur identifie des pistes pour renouveler le militantisme dans les quartiers populaires.
Julien Talpin est chercheur en science politique au CNRS (CERAPS/ Université de Lille) et co-rédacteur en chef de la revue Participations. Ses travaux portent sur l’engagement dans les quartiers populaires en France et aux Etats-Unis. Il a récemment publié Lutte urbaine, Participation et démocratie d’interpellation à l’Alma-Gare, avec Paula Cossart (Le Croquant, 2015).