lundi 1 février 2016

écouter: Abram de Swaan, Diviser pour tuer. Les régimes génocidaires et leurs hommes de main


écouter: Abram de Swaan, Diviser pour tuer. Les régimes génocidaires et leurs hommes de main
La Fabrique de l'Histoire par Emmanuel Laurentin, 01.02.2016
Abram de Swaan
Diviser pour tuer 
Les régimes génocidaires et leurs hommes de main 
Seuil
Liber
2016

Présentation de l'éditeur
Traduit du néerlandais par Bertrand Abraham
Les études portant sur les génocides sont restées enfermées dans un système d’oppositions étroit : les massacres de masse sont-ils le point culminant de la « modernité » ou même de la « démocratie », ou au contraire la manifestation d’un « effondrement de la civilisation » et d’un « retour à la barbarie » ? Ceux qui les ont perpétrés sont-ils des hommes « ordinaires » ou bien des « psychopathes » ? Et la Shoah représente-t-elle une singularité historique ou peut-elle être comparée à d’autres entreprises génocidaires ?
À travers l’analyse d'une vingtaine d’épisodes d’extermination du XXe siècle, ce livre entend dépasser ces approches pour comprendre à quelles conditions la frénésie meurtrière qu’ils manifestent peut éclater et comment des individus se révèlent disposés à y prendre part.
À leur sujet s’est développée une conception singulière : ceux qui, des semaines, des mois, voire des années durant ont massacré leurs semblables, sans scrupules, sans pitié, parfois avec entrain et, après coup, sans remords seraient des « hommes ordinaires » obéissant simplement aux ordres ou à l’idéologie du temps. En somme : « Vous et moi, dans les mêmes circonstances, aurions fait la même chose. » Interrogeant le déroulement des faits et les témoignages, souvent négligés ou pris au pied de la lettre, des protagonistes, Abram de Swaan ébranle ici radicalement la thèse de la « banalité du mal ».
Sociologue, professeur émérite à l’Université d’Amsterdam, Abram de Swaan est l’auteur de nombreux travaux, largement traduits à travers le monde, parmi lesquels Sous l’aile protectrice de l’État (PUF, 1995), Human Societies (2001) et Words of the World (2001).




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire