lundi 2 mars 2015

écouter: Richard Mèmeteau, Pop culture. Réflexions sur les industries du rêve et l'invention des identités




écouter: Richard Mèmeteau, Pop culture. Réflexions sur les industries du rêve et l'invention des identités
Les Nouveaux chemins de la connaissance par Adèle Van Reeth, 02.01.2015

Richard Mèmeteau
Pop culture 
Réflexions sur les industries du rêve et l'invention des identités
Zones
2014

Présentation de l'éditeur
De Star Warsà Lady Gaga, du Seigneur des anneaux à Game of Thrones, tubes, blockbusters et best-sellers forment aujourd'hui les facettes d'une culture de masse omniprésente. Un philosophe analyse le phénomène : qu'est-ce que la « pop culture » ? Quels en sont les ressorts, mais aussi les implications existentielles ? Avant d'être un truc jeune et sexy, un graphisme quadrichromique simplifié à l'extrême ou un genre musical qui présente en quantité anormalement élevée des sons de synthétiseur, la pop est une stratégie, un calcul industriel alimenté par une seule obsession : savoir ce que veulent les masses.
La pop culture est un ogre qui ingère tout ce qu'il trouve. Mais cette logique de réappropriation l'ouvre paradoxalement aux déclassés, aux freaks et aux minorités en tout genre. Pour l'auteur, ce qui s'y joue est d'abord l'invention de nouvelles identités.
Il conduit sa réflexion à partir d'analyses fines de chansons, de films, de comics, de romans et de séries, multipliant les digressions érudites en réponse à des questions aussi essentielles que : jusqu'à quel point peut-on détester un ancien groupe indé devenu commercial ? Comment Harry Potter peut-il survivre à l'Avada Kedavra de Voldemort dans la Forêt interdite ? La catégorie de mythe fonctionne-t-elle pour la pop culture ? Par ailleurs, si Obi-Wan Kenobi est si malin, pourquoi laisse-t-il Luke Skywalker faire tout le boulot ?  
Richard Mèmeteau est professeur de philosophie, contributeur au site minorites.org, cofondateur du blog freakosophy.com, fan de comédie US, geek attardé, discuteur de théories en tout genre dans les cafés, et, depuis 2005, amoureux de Kele Okereke, le chanteur de Bloc Party.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire