samedi 7 février 2015

écouter: Alain Quemin, Les stars de l'art contemporain. Notoriété et consécration artistiques dans les arts visuels


écouter:
1)  Alain Quemin, Les stars de l'art contemporain. Notoriété et consécration artistiques dans les arts visuels , Géopolitique par Marie-France Chatin,06.07.2014
2)  Alain Quemin, Les stars de l'art contemporain. Notoriété et consécration artistiques dans les arts visuels , Géopolitique par Marie-France Chatin,06.07.2014
Alain Quemin
Les stars de l'art contemporain
Notoriété et consécration artistiques dans les arts visuels
CNRS
2013

Présentation de l'éditeur
Le monde de l’art contemporain n’échappe pas, lui non plus, à la vogue des palmarès. Bruce Nauman, Gerhard Richter, Georg Baselitz, Jeff Koons ou Damien Hirst caracolent dans le Kunstkompass, sorte de hit-parade des artistes les plus en vue. Le galeriste star Larry Gagosian ou le méga-collectionneur François Pinault, eux, ont les honneurs du Power 100, classement des personnalités les plus influentes de l’art.
Bien que souvent cités et décriés, ces nombreux palmarès sont mal connus. Sur quels critères reposent-ils et comment sont-ils construits ? Qui figure dans leurs colonnes et comment les classements évoluent-ils au fil du temps ? Comment s’élabore la réputation d’un artiste ? Toutes ces questions se posent dès que l’on s’intéresse au marché de la notoriété dans les arts visuels et à la « starisation » des artistes.
Révélant les listes et passant au crible les dizaines de palmarès, Alain Quemin soumet à son analyse les artistes et les professionnels du domaine qui « font » l’art d’aujourd’hui en créant les oeuvres… ou la cote des artistes.
Une étude sociologique passionnante sur les coulisses de la notoriété dans le monde de l’art contemporain.
Spécialiste de l’art contemporain, Alain Quemin est professeur de sociologie de l’art à l’université Paris-VIII et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Il est notamment l’auteur de L’Art contemporain international. Entre les institutions et le marché (2002).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire