mardi 26 novembre 2013

video: Gabriel Zucman, La Richesse cachée des nations: Enquête sur les paradis fiscaux

video: Gabriel Zucman, La Richesse cachée des nations: Enquête sur les paradis fiscaux
France 24, L’entretien, 18/11/2013

video: Gabriel Zucman, La Richesse cachée des nations: Enquête sur les paradis fiscaux .
France info, L’invité de 19h15, 07/11/2013

Gabriel Zucman
La Richesse cachée des nations 
Enquête sur les paradis fiscaux
Seuil
2013

Présentation de l'éditeur
Zurich, Hong Kong, les Bahamas, les îles Caïmans, le Luxembourg… Ces noms évocateurs dissimulent une sinistre réalité : la fraude fiscale d’une minorité d’ultra-riches au détriment de l’immense majorité. Grâce à une méthode inédite, l’auteur a pu évaluer l’ampleur du phénomène : 5 800 milliards d’euros, soit 8 % du patrimoine financier des ménages, sont détenus dans les paradis fiscaux. C’est la première fois que les circuits de l’évasion sont ainsi disséqués en toute clarté, sur la base d’une enquête économique couvrant plus d’un siècle de données et les pays du monde entier. Mais ce livre ne se contente pas de chiffrer le scandale. Il propose aussi un plan d’action cohérent et réaliste pour lutter contre l’opacité financière : mettre en œuvre des sanctions commerciales, élaborer un cadastre financier à l’échelle mondiale, instaurer un impôt global sur le capital. Les paradis fiscaux sont au cœur de la crise économique et démocratique, mais les nations ont la possibilité de réagir : aucun territoire ne peut s’opposer à la volonté commune des États-Unis et des grands pays de l’Union européenne.
Gabriel Zucman est professeur à la London School of Economics et chercheur à l’université de Berkeley. Il est membre du comité de rédaction de la revue Regards croisés sur l’économie.

jeudi 14 novembre 2013

video: Sans lendemain (film d'animation sur les énergies fossiles et la croissance)



 
Sans lendemain
Titre original : There's no tomorrow
Réalisation : Dermot O' Connor (35 minutes, 2012)
Version française : mpOC-Liège (2013)

Présentation par mpOC-Liège
Percutant et superbement réalisé, ce film d'animation questionne notre mode d’exploitation des énergies fossiles et des ressources naturelles, ses conséquences au niveau planétaire et l'impasse où nous mène notre modèle de croissance.
Sans lendemain (There's no tomorrow) a été réalisé par Dermot O' Connor et produit par incubate pictures en association avec le Post Carbon Institute, en 2012.
En seulement 35 minutes, il réussit le tour de force d'aborder de manière intelligible toute une série de problématiques liées à la croissance vue comme mère de toutes les crises(1) : déplétion des combustibles fossiles et des autres ressources non renouvelables, destruction de l’environnement et de la biodiversité, problème de la surpopulation et de la nourriture, etc. Sans oublier l’absurdité de notre système économique interdit d’équilibre par nature : comme une chaîne de Ponzi, le système doit croître ou mourir.

Remarque à propos du script du film

Quelques approximations du script original en anglais ont été corrigées dans la traduction française (voir ci-dessous, la section « Notes sur la traduction »).
D'autre part, ce qui est dit dans le film à propos des rendements de l'agriculture biologique comparée à l'agriculture industrielle doit être fortement nuancé :
Avant la première guerre mondiale, toute l'agriculture était biologique. Suite à l'invention d'engrais et de pesticides dérivés du pétrole, la production agricole à l’hectare a fortement augmenté, entraînant une augmentation de la population. L'utilisation d'engrais artificiels a nourri bien plus de personnes que ce qui aurait été possible avec l'agriculture biologique seule.
En fait, dans l'agriculture bio d'aujourd'hui, les rendements à l'hectare sont comparables et parfois nettement à l'avantage de l'agriculture bio ou de techniques de culture naturelle sans intrants chimiques : par exemple, on voit des rendements supérieurs de 20 % pour la culture du coton bio en Inde (voir les articles dans la rubrique thématique Alimentation et agriculture). L'agriculture bio est aussi plus résiliente aux mauvaises conditions climatiques et peut ne pas faire du tout appel aux énergies fossiles. Bien entendu elle préserve l'environnement et la nature, et donc, nous protège nous qui en faisons partie.
On peut dire, sans craindre de se tromper, que l'agriculture bio d'aujourd'hui n'est pas celle d'il y a un siècle, en remarquant qu'à l'époque, du point de vue des rendements à l'hectare, il devait y avoir des disparités d'un pays à l'autre et, plus encore, d'un continent à l'autre ; qu'elle est une agriculture moderne faite du bon sens et de l'expérience des anciens ainsi que de connaissances acquises récemment.
Les auteurs
Traduction : Francis Leboutte.
Relecture : Caroline Lamarche, Gui Englebert et Viviane Schmetz.

mardi 5 novembre 2013

audio-video: Gilles Perret, Les Jours Heureux (Sortie nationale le 6 novembre 2013)

écouter: Gilles Perret, Les Jours Heureux 
Là-bas si j'y suis, par Daniel Mermet, 04.11.2013
Gilles Perret 
Les Jours Heureux
La Vaka Productions
(Sortie nationale le 6 novembre 2013)
Entre mai 1943 et mars 1944, sur le territoire français encore occupé, seize hommes appartenant à tous les partis politiques, tous les syndicats et tous les mouvements de résistance vont changer durablement le visage de la France. Ils vont rédiger le programme du Conseil National de la Résistance intitulé magnifiquement : « Les jours heureux ».
Ce programme est encore au cœur du système social français puisqu’il a donné naissance à la sécurité sociale, aux retraites par répartition, aux comités d’entreprises, etc.
Ce film vise à retracer le parcours de ces lois, pour en réhabiliter l’origine qui a aujourd’hui sombré dans l’oubli. Raconter comment une utopie folle dans cette période sombre devint réalité à la Libération. Raconter comment ce programme est démantelé depuis, questionner la réalité sociale d’aujourd’hui, et voir comment les valeurs universelles portées par ce programme pourraient irriguer le monde demain.

dimanche 3 novembre 2013

video: Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, La violence des riches. Chronique d'une immense casse sociale



Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot
La violence des riches
Chronique d'une immense casse sociale
Zones
2013

Présentation de l'éditeur
Sur fond de crise, la casse sociale bat son plein : vies jetables et existences sacrifiées. Mais les licenciements boursiers ne sont que les manifestations les plus visibles d'un phénomène dont il faut prendre toute la mesure : nous vivons une phase d'intensifi cation multiforme de la violence sociale. Mêlant enquêtes, portraits vécus et données chiffrées, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot dressent le constat d'une grande agression sociale, d'un véritable pilonnage des classes populaires : un monde social fracassé, au bord de l'implosion.
Loin d'être l'oeuvre d'un « adversaire sans visage », cette violence de classe, qui se marque dans les têtes et dans les corps, a ses agents, ses stratégies et ses lieux. Les dirigeants politiques y ont une part écrasante de responsabilité. Les renoncements récents doivent ainsi être replacés dans la longue histoire des petites et grandes trahisons d'un socialisme de gouvernement qui a depuis longtemps choisi son camp.
À ceux qui taxent indistinctement de « populisme » toute opposition à ces politiques qui creusent la misère sociale et font grossir les grandes fortunes, les auteurs renvoient le compliment : il est grand temps de faire la critique du « bourgeoisisme ».

Michel Pinçon, sociologue, ancien directeur de recherche au CNRS, a notamment publié Grandes Fortunes. Dynasties familiales et formes de richesse en France (Payot, 1996), Sociologie de la bourgeoisie (La Découverte, « Repères », 2000), Les Ghettos du Gotha (Seuil, 2007).
Monique Pinçon-Charlot, sociologue, ancienne directrice de recherche au CNRS, a notamment publié avec Michel Pinçon Grandes Fortunes. Dynasties familiales et formes de richesse en France (Payot, 1996), Sociologie de la bourgeoisie (La Découverte, « Repères », 2000), Les Ghettos du Gotha (Seuil, 2007).