jeudi 14 novembre 2013

video: Sans lendemain (film d'animation sur les énergies fossiles et la croissance)



 
Sans lendemain
Titre original : There's no tomorrow
Réalisation : Dermot O' Connor (35 minutes, 2012)
Version française : mpOC-Liège (2013)

Présentation par mpOC-Liège
Percutant et superbement réalisé, ce film d'animation questionne notre mode d’exploitation des énergies fossiles et des ressources naturelles, ses conséquences au niveau planétaire et l'impasse où nous mène notre modèle de croissance.
Sans lendemain (There's no tomorrow) a été réalisé par Dermot O' Connor et produit par incubate pictures en association avec le Post Carbon Institute, en 2012.
En seulement 35 minutes, il réussit le tour de force d'aborder de manière intelligible toute une série de problématiques liées à la croissance vue comme mère de toutes les crises(1) : déplétion des combustibles fossiles et des autres ressources non renouvelables, destruction de l’environnement et de la biodiversité, problème de la surpopulation et de la nourriture, etc. Sans oublier l’absurdité de notre système économique interdit d’équilibre par nature : comme une chaîne de Ponzi, le système doit croître ou mourir.

Remarque à propos du script du film

Quelques approximations du script original en anglais ont été corrigées dans la traduction française (voir ci-dessous, la section « Notes sur la traduction »).
D'autre part, ce qui est dit dans le film à propos des rendements de l'agriculture biologique comparée à l'agriculture industrielle doit être fortement nuancé :
Avant la première guerre mondiale, toute l'agriculture était biologique. Suite à l'invention d'engrais et de pesticides dérivés du pétrole, la production agricole à l’hectare a fortement augmenté, entraînant une augmentation de la population. L'utilisation d'engrais artificiels a nourri bien plus de personnes que ce qui aurait été possible avec l'agriculture biologique seule.
En fait, dans l'agriculture bio d'aujourd'hui, les rendements à l'hectare sont comparables et parfois nettement à l'avantage de l'agriculture bio ou de techniques de culture naturelle sans intrants chimiques : par exemple, on voit des rendements supérieurs de 20 % pour la culture du coton bio en Inde (voir les articles dans la rubrique thématique Alimentation et agriculture). L'agriculture bio est aussi plus résiliente aux mauvaises conditions climatiques et peut ne pas faire du tout appel aux énergies fossiles. Bien entendu elle préserve l'environnement et la nature, et donc, nous protège nous qui en faisons partie.
On peut dire, sans craindre de se tromper, que l'agriculture bio d'aujourd'hui n'est pas celle d'il y a un siècle, en remarquant qu'à l'époque, du point de vue des rendements à l'hectare, il devait y avoir des disparités d'un pays à l'autre et, plus encore, d'un continent à l'autre ; qu'elle est une agriculture moderne faite du bon sens et de l'expérience des anciens ainsi que de connaissances acquises récemment.
Les auteurs
Traduction : Francis Leboutte.
Relecture : Caroline Lamarche, Gui Englebert et Viviane Schmetz.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire